• Le Cercis Siliquastrum ou Arbre de Judée

     L'Arbre de Judée


    Arbre de Judée 2196

     

    Nom commun : Arbre de Judée ou Gainier, Bouton rouge, Saougras ou Saugras (en occitan), nommé par les anglophones 'Judas tree'.
    Nom latin : Cercis siliquastrum  L., synonyme Cercis siliquosa  St.Lag., Cercis florida  Salisb.
    Famille : Cesalpiniaceae. (Légumineuses).
    Catégorie : arbre ou arbuste au tronc souvent penché et tortueux à l'écorce noirâtre gerçurée. Les rameaux sont en zig-zag et les jeunes pousses sont d'un pourpre foncé.

     

    Arbre de Judée 2197

     

    Port : étalé, irrégulier.
    Feuillage : caduc, bronze puis vert légèrement bleuâtre au revers glauque. Feuilles (7-12 cm) alternes, suborbiculaires, cordiformes à la base avec 7 nervures palmées, arquées de teinte rougeâtre comme le long pétiole. Elles sont souvent repliées.
    Floraison : printemps (mars-avril), parfumée et méllifère. Sur le tronc en partie supérieure, sur les branches et les rameaux de 2 ans, avant les feuilles, petites fleurs roses réunies en faisceaux.

    Couleur : rose vif à rose pourpre-violacé.

     

    Arbre de Judée 2216

     

    Fruits: en été (juillet-août) : fines gousses (7-10 cm) pendantes, plates, oblongues, rétrécies aux deux extrémités d'un brun- rouge, demeurant sur l'arbre après la chute du feuillage, petites graines ovoïdes, aplaties brunes qui sont à l'automne fort convoitées par la mésange bleue, Parus caeruleus et la mésange charbonnière Parus major
    Croissance : moyenne. Les premiers années, la croissance est assez rapide puis elle ralentit.
    Hauteur : 6 à 10 m en arbre, mais 3m en arbuste acaule.
    Plantation : de préférence à l'automne.
    Multiplication : semis ou bouturage de tiges aoûtées, de drageons ou greffe. Attention à bien choisir son emplacement, car il n'aime pas être transplanter (racine pivotante). La première floraison a lieu vers 5 ou 6 ans.
    Sol : riche, drainé avec une préférence pour les sols calcaires.

     

    Arbre de Judée 2212

     

    Emplacement : soleil. A l'abri des vents violents et froids (pour la floraison).
    Zone : Résistance jusqu'à - 10°C. Tolère la pollution atmosphérique et les embruns, parfaitement adapté à la sécheresse une fois installé.
    Origine : Moyen-Orient, sud-est de l'Europe, en région méditerranéenne.
    Entretien : Il a fréquemment tendance à prendre une forme de buisson, dans ce cas faire une taille de mise en forme, après la floraison. Il peut être palissé le long d'un mur ou conduit sur une pergola comme au Jardin de la villa Noailles à Grasse.
    NB :  Son nom vient du grec 'kerkis', qui désigne l'arbre mais signifie navette de tisserand et siliquastrum désigne en latin le piment venant de 'siliqua' qui signifie silique faisant référence à la forme des gousses.

     

    Arbre de Judée 2224

     

    Depuis toujours il y a eu confusion entre Judée et Judas, et selon les légendes il serait l'arbre où Judas se pendit. Les fleurs poussant directement sur le tronc seraient les larmes du Christ. Mais dans les Actes des apôtres, on peut lire sans plus de précision : " Hommes frères, il fallait que fût accomplie cette écriture que l'Esprit Saint a dite d'avance par la bouche de David, touchant Judas, qui a été le guide de ceux qui ont pris Jésus ; car il était compté parmi nous, et il avait reçu en partage ce service ; celui-ci donc s'était acquis un champ avec le salaire de l'iniquité, et, étant tombé la tête en avant, s'est crevé par le milieu, et toutes ses entrailles ont été répandues".
    Ce genre comprend selon certains botanistes 7 espèces, selon d'autres 10 espèces d'arbustes ou arbres caducs, originaires des zones tempérées d'Amérique du Nord, du nord-est du Mexique, de l'est de l'Asie et du Moyen Orient.
    Il fut introduit dans les jardins d'Europe au 17ème siècle.

     

    Arbre de Judée 2198

     

    Propriétés et utilisations :
    Les bourgeons de feuilles ont des propriétés anti-thrombotiques utilisées dans la pharmacopée occidentale et asiatique.
    Les indiens d'Amérique utilisaient l'écorce et les racines en décoction pour traiter les nausées, vomissements, dysenteries, les états fébriles et la coqueluche.
    Son bois est veiné de brun- noir et a un très beau poli.


    Quelques autres variétés :
     Cercis siliquastrum  'Alba' : Une variété très ancienne, mais peu répandue à fleurs blanches, sa floraison est un peu plus tardive que les variétés roses, son jeune feuillage est vert très acide. Vous pouvez en voir, conduit sur une pergola au Jardin de la villa Noailles à Grasse.
    Cercis siliquastrum  'Rubra': à fleurs rose foncé un peu rougeâtre.
    Cercis siliquastrum  'Bodnant': un clone créé en Grande Bretagne au National Trust Garden Bodnant à fleurs rose pourpré.
    Cercis siliquastrum  ‘Flora-Plena’: à fleurs doubles.
    Cercis siliquastrum  ' Fructu-Rubra': à gousses rouges.
    Cercis siliquastrum  ‘Penduliflora’: à grappes pendantes.
    Cercis siliquastrum  ‘Sterilis’: qui ne produit pas de gousses.
    Cercis siliquastrum  ‘Carnea’: rose soutenu.

    « Lever de soleil de juilletQuand le merle moqueur... »
    Partager via Gmail Yahoo!

  • Commentaires

    Aucun commentaire pour le moment

    Suivre le flux RSS des commentaires


    Ajouter un commentaire

    Nom / Pseudo :

    E-mail (facultatif) :

    Site Web (facultatif) :

    Commentaire :