•  

    Pour répondre à la demande de mon amie Geneviève dans son commentaire sur Calypso Rose,
    voici un petit (enfin pas si petit que ça wink2) diaporama sur mon voyage en République Dominicaine en 1996.

    Eh oui, ma beille, je suis effectivement allée aux Carabaïbes yes
    invitée par un amant qui, semble-t-il, avait de bons souvenirs happy

    Il était attaché culturel à l'ambassade de St Domingue, la capitale de l'île (du moins de la partie dominicaine).
    En 1996, il avait prévu de quitter son poste après une dizaine d'années pour rejoindre ses enfants
    qui étaient retournés avec leur mère en métropole au moment de leur divorce.
    Et, avant de quitter l'île, il m'a invité à le rejoindre pour ses 15 derniers jours.
    Il m'a payé l'avion et s'est occupé de moi durant tout le séjour.

    Cette île et ses habitants m'ont tellement plu que j'ai pleuré en repartant !!

    J'ai alterné les dîners avec l'ambassadeur en tenue de soirée
    et les balades avec l'une des professeurs de français, Christiane, qui m'a fait découvrir l'île dans sa réalité...
    Avec toute la pauvreté mais aussi la joie et le rire de ses habitants... leurs sourires, leur gentillesse, leur générosité !

    Nous prenions les mêmes transports que les gens, autocars, mobylettes-taxis, minibus bondés...
    Vous verrez sur les photos, qui, comme vous vous en doutez, sont argentiques et scannées.

    J'avais fait ce diaporama en 2010 pour le blog rmc.
    Je ne me souviens plus de l'accompagnement musical que j'avais choisi, mais il est typiquement dominicain !!

    N'hésitez pas à le regarder en plein écran.

     

    St Domingue est la capitale de la République Dominicaine, une île que les Dominicains partagent avec les Haïtiens à l'Est. Un peu d'histoire sur cette cité où se côtoient le luxe et la misère mais où le sourire est au coin des lèvres de tous les habitants... Pour moi, c'est le paradis sur terre grâce à la gentillesse de ces gens... mais Aznavour l'a bien dit : "la misère est plus facile à vivre au soleil".

     

    L'histoire de Saint Domingue

    Depuis la découverte de St Domingue par Christophe Colomb jusqu'à la route de l'indépendance, pour comprendre "St Do", suivez le guide !

     

    L’Histoire de Saint Domingue
    Quand Christophe Colomb découvre l’île le 5 décembre 1492, le "Conquistador" est tout de suite conquis : les paysages sont somptueux, la terre est riche en fruits aussi inconnus que délicieux (goyave, ananas, banane), les habitants sont accueillants, et surtout ils sont parés de bijoux en or...

    Les indiens Taïnos
    Près d’1 million à l’arrivée des Espagnols, les Taïnos sont l’une des plus brillantes civilisations des Antilles.
    Pêcheurs et agriculteurs émérites (merci pour le maïs, le tabac et le coton) ce sont également de grands artistes.
    Malheureusement, Christophe Colomb et ses successeurs voient surtout en eux une main d’œuvre facile à asservir.
    En moins d’un siècle, les travaux forcés, les massacres et les épidémies importées d’Europe les font disparaître de l’île.

    La colonisation Espagnole
    Quisqueya, la taïna devient "La Hispaniola" (l’île espagnole), la première colonie européenne du Nouveau Monde.
    Fondée sur la côte sud de l’île, la ville de Santo Domingo (qui donnera plus tard son nom à l’île) est alors le siège de la vice-royauté des Amériques Espagnoles.
    Pour exploiter les ressources du pays, ses nouveaux maîtres déportent massivement les esclaves africains, plus « résistants » que les populations locales.
    A partir de 1505, plusieurs centaines de milliers d’entre eux traverseront l’Atlantique pour rejoindre les plantations de canne à sucre et les mines d’or dominicaines.

    La colonisation Française
    A partir du XVIIème siècle, les Espagnols se désengagent progressivement de l’île, attirés par les richesses du Pérou et du Mexique.
    Ils laissent alors le champ libre aux pirates et aux boucaniers Français qui prennent possession de la partie occidentale du pays et fondent la colonie de Saint Domingue, la future Haïti.
    Cette partition est officialisée en 1697 par le traité de Ryswick signé entre la France et l’Espagne.

    La longue marche vers l’indépendance
    En 1791, la révolte des esclaves d’Haïti, menée par Toussaint l’Ouverture fait rapidement tâche d’huile dans la partie orientale.
    Les Espagnols, débordés, cèdent l’ensemble de l’île aux Français.
    Alors qu’Haïti obtient son indépendance en 1804, Saint Domingue commence une longue période d’instabilité.
    Le pays passe des mains des Français aux Espagnols, des Espagnols aux Haïtiens pour devenir indépendant en 1844.
    Après un bref retour à la couronne espagnole, la république Dominicaine obtient définitivement son indépendance en 1865.


    Et la démocratie ?
    Au XXè siècle, l’histoire de Saint Domingue est marquée par l’ingérence des Etats-Unis qui prennent le contrôle économique du pays (comme à Cuba) et la dictature sanglante du général Trujillo de 1930 à 1961.
    Devenu l’un des hommes les plus riches du monde, il est assassiné lors d’un coup d’état militaire.
    Depuis une quinzaine d’année, la République Dominicaine connaît une réelle alternance démocratique entre le Parti socialiste (PRD) et le Parti de la Révolution (pro américain) de l’actuel président Fernandez.  
    Réactualisation de mon article : Le président Fernandez est resté président de 2004 à août 2016. Depuis cette date, c'est Danilo Medina Sánchez qui est président.
     
    Circuler à l’intérieur du pays
    Le bus : Le bus est un moyen de transport répandu et bon marché en République Dominicaine. Et s'il vous prend l'envie de faire pipi durant le trajet, le bus s'arrête pour vous permettre de vous soulager derrière les arbres le long de la route !! (J'y ai assisté !!) Dans les bus, il y a toujours de la musique et tout le monde chante... chacun pour soi... car les gens sont très gais, là bas... Variante des bus, les guaguas (prononcer          « gouagoua ») sont des espèces de minibus, voire parfois de simples camionnettes capables de vous conduire n’importe où. Sans confort et pas toujours bien sécurisé, ce moyen de transport a l’avantage d’être peu cher et surtout folklorique. C'est le meilleur moyen de faire vraiment connaissance avec les gens...

     

    Les taxis

    Il faut distinguer deux types de taxi : les voitures et les moto-taxis (conchos). Dans les deux cas, ces moyens de transport sont plutôt réservés à de petits trajets.
    Attention, certains chauffeurs de taxi (voiture) n’ont pas de compteur, ce qui se traduit souvent par des courses hors de prix.
    Les moto-taxis sont quant à eux vraiment peu chers et ont l’avantage de pouvoir transporter deux personnes en plus du chauffeur. Sensations garanties. Moi, j'ai même pris une mobylette-taxi, dans un petit village !! Il faut aimer le risque !!  
     
       

    Quelques précisions sur les photos du diaporama :

    - C'est une professeur de français de l'alliance française de St Domingue qui a eu la gentillesse de me faire découvrir le pays avec les moyens locaux, au plus près de la population et qui m'a servie de guide. Merci Christiane...

     

    - La Romana est un village du 16°siècle, créé par Charles Bludhom, reconstitué en 1976 par Roberto Coppa inauguré en 1982 en présence de Franck Sinatra et Carlos Santana.

     

    - Le Palais de Trujillo. Ce dictateur était devenu l'un des hommes les plus riches des Caraïbes... Son palais était somptueux : robinets en or, marbres rares un peu partout. Après son assassinat en 1961, le peuple, très pauvre, a tout dévalisé, pillé et s'est approprié tous les objets précieux... juste retour des choses ! Les seuls vestiges de la splendeur passée sont ces magnifiques fresques peintes par les artistes du pays et ces plafonds de toute beauté, bien qu'un peu chargés !!

     

    - La musique : en république dominicaine, la musique, c'est la danse !! avec le merengue qui domine et, depuis les années 90 également le bachata. L'accompagnement musical de ce diaporama est un bachata récupéré à la terrasse d'un café... il faut avoir participé aux karaokés improvisés dans la ville pour comprendre la joie de vivre que donne cette musique !!

     

    - La petite ville d'Igueï... ça s'écrit aussi Higuey... Mais j'ai remarqué qu'il existait plusieurs orthographes et plusieurs dénominations... c'est sans doute dû aux différents passages... car si la langue pratiquée est l'espagnol, il ne faut pas oublier que beaucoup de gens parlent anglais à cause de la proximité des Etats-Unis et Français par l'apport des colonisateurs français et la proximité d'Haïti qui partage l'île, ancienne colonie française. 

     

      Si vous avez d'autres questions, n'hésitez pas à me les poser... Lorsque j'ai quitté cette île merveilleuse, j'ai pleuré et je voulais y revenir dans les semaines qui ont suivi... malheureusement, il n'y avait pas de place pour moi à l'ambassade de France. Mais je regretterais toujours de ne pas y être retournée. J'ai beaucoup pensé à mes amis et au peuple dominicain lors des catastrophes et attentats qu'ils ont dû subir ces dernières années. J'espère qu'ils gardent leur gentillesse et leur sourire, malgré tout. Et si vous-même avez des éclaircissements ou des renseignements à m'apporter, je prends !!    
    Si vous voulez en savoir plus sur l'histoire et les traditions de la république dominicaine, vous pouvez consulter ces sites :

     

    http://www.routard.com/guide/code_dest/republique_dominicaine.htm

     

    http://www.linternaute.com/voyage/republique-dominicaine/

     

    http://cristobal-colon.net/lieux/n_w/St_dom/ville1.htm

     

    Partager via Gmail Yahoo!

    19 commentaires
  • Petit diaporama de photos argentiques prises lors de balades cette année-là... accompagnées par une chanson que j'aime beaucoup : Sur unprélude de Bach chanté par Maurane.

     

     

    Partager via Gmail Yahoo!

    11 commentaires
  • Je vous emmène faire un petit tour  avec ce diaporama en république dominicaine où j'ai eu la chance de faire un séjour en juillet 1996, invitée par un ami, attaché culturel de l'ambassade de France à St Domingue. Durant ce séjour, j'ai pu visiter un peu le pays, pas seulement la capitale, grâce à la gentillesse de la prof de français de l'alliance française, Christiane. J'ai donc alterné les repas chez l'ambassadeur et la visite du pays en mobylette-taxi ou mini-cars bondés... J'ai aimé ces gens, gentils, simples, qui chantent tout le temps... enfin ils étaient comme ça en 96... le sont-ils toujours ? Je l'espère vraiment pour eux... (ayez un peu de patience, le diaporama arrive !!)

     

    St Domingue est la capitale de la République Dominicaine, une île que les Dominicains partagent avec les Haïtiens à l'Est. Un peu d'histoire sur cette cité où se côtoient le luxe et la misère mais où le sourire est au coin des lèvres de tous les habitants... Pour moi, c'est le paradis sur terre grâce à la gentillesse de ces gens... mais Aznavour l'a bien dit : "la misère est plus facile à vivre au soleil".

     

    L'histoire de Saint Domingue

    Depuis la découverte de St Domingue par Christophe Colomb jusqu'à la route de l'indépendance, pour comprendre "St Do", suivez le guide !

     

    L’Histoire de Saint Domingue
    Quand Christophe Colomb découvre l’île le 5 décembre 1492, le "Conquistador" est tout de suite conquis : les paysages sont somptueux, la terre est riche en fruits aussi inconnus que délicieux (goyave, ananas, banane), les habitants sont accueillants, et surtout ils sont parés de bijoux en or...

    Les indiens Taïnos
    Près d’1 million à l’arrivée des Espagnols, les Taïnos sont l’une des plus brillantes civilisations des Antilles.
    Pêcheurs et agriculteurs émérites (merci pour le maïs, le tabac et le coton) ce sont également de grands artistes.
    Malheureusement, Christophe Colomb et ses successeurs voient surtout en eux une main d’œuvre facile à asservir.
    En moins d’un siècle, les travaux forcés, les massacres et les épidémies importées d’Europe les font disparaître de l’île.

    La colonisation Espagnole
    Quisqueya, la taïna devient "La Hispaniola" (l’île espagnole), la première colonie européenne du Nouveau Monde.
    Fondée sur la côte sud de l’île, la ville de Santo Domingo (qui donnera plus tard son nom à l’île) est alors le siège de la vice-royauté des Amériques Espagnoles.
    Pour exploiter les ressources du pays, ses nouveaux maîtres déportent massivement les esclaves africains, plus « résistants » que les populations locales.
    A partir de 1505, plusieurs centaines de milliers d’entre eux traverseront l’Atlantique pour rejoindre les plantations de canne à sucre et les mines d’or dominicaines.

    La colonisation Française
    A partir du XVIIème siècle, les Espagnols se désengagent progressivement de l’île, attirés par les richesses du Pérou et du Mexique.
    Ils laissent alors le champ libre aux pirates et aux boucaniers Français qui prennent possession de la partie occidentale du pays et fondent la colonie de Saint Domingue, la future Haïti.
    Cette partition est officialisée en 1697 par le traité de Ryswick signé entre la France et l’Espagne.

    La longue marche vers l’indépendance
    En 1791, la révolte des esclaves d’Haïti, menée par Toussaint l’Ouverture fait rapidement tâche d’huile dans la partie orientale.
    Les Espagnols, débordés, cèdent l’ensemble de l’île aux Français.
    Alors qu’Haïti obtient son indépendance en 1804, Saint Domingue commence une longue période d’instabilité.
    Le pays passe des mains des Français aux Espagnols, des Espagnols aux Haïtiens pour devenir indépendant en 1844.
    Après un bref retour à la couronne espagnole, la république Dominicaine obtient définitivement son indépendance en 1865.


    Et la démocratie ?
    Au XXè siècle, l’histoire de Saint Domingue est marquée par l’ingérence des Etats-Unis qui prennent le contrôle économique du pays (comme à Cuba) et la dictature sanglante du général Trujillo de 1930 à 1961.
    Devenu l’un des hommes les plus riches du monde, il est assassiné lors d’un coup d’état militaire.
    Depuis une quinzaine d’année, la République Dominicaine connaît une réelle alternance démocratique entre le Parti socialiste (PRD) et le Parti de la Révolution (pro américain) de l’actuel président Fernandez.
     
    Circuler à l’intérieur du pays
    Le bus : Le bus est un moyen de transport répandu et bon marché en République Dominicaine. Et s'il vous prend l'envie de faire pipi durant le trajet, le bus s'arrête pour vous permettre de vous soulager derrière les arbres le long de la route !! (J'y ai assisté !!) Dans les bus, il y a toujours de la musique et tout le monde chante... chacun pour soi... car les gens sont très gais, là bas...
    Variante des bus, les guaguas (prononcer « gouagoua ») sont des espèces de minibus, voire parfois de simples camionnettes capables de vous conduire n’importe où. Sans confort et pas toujours bien sécurisé, ce moyen de transport a l’avantage d’être peu cher et surtout folklorique. C'est le meilleur moyen de faire vraiment connaissance avec les gens...

     

    Les taxis

    Il faut distinguer deux types de taxi : les voitures et les moto-taxis (conchos). Dans les deux cas, ces moyens de transport sont plutôt réservés à de petits trajets.
    Attention, certains chauffeurs de taxi (voiture) n’ont pas de compteur, ce qui se traduit souvent par des courses hors de prix.
    Les moto-taxis sont quant à eux vraiment peu chers et ont l’avantage de pouvoir transporter deux personnes en plus du chauffeur. Sensations garanties. Moi, j'ai même pris une mobylette-taxi, dans un petit village !! Il faut aimer le risque !!   
     

    Quelques précisions sur les photos du diaporama :

    - C'est une professeur de français de l'alliance française de St Domingue qui a eu la gentillesse de me faire découvrir le pays avec les moyens locaux, au plus près de la population et qui m'a servie de guide. Merci Christiane...

     

    - La Romana est un village du 16°siècle, créé par Charles Bludhom, reconstitué en 1976 par Roberto Coppa inauguré en 1982 en présence de Franck Sinatra et Carlos Santana.

     

    - Le Palais de Trujillo. Ce dictateur était devenu l'un des hommes les plus riches des Caraïbes... Son palais était somptueux : robinets en or, marbres rares un peu partout. Après son assassinat en 1961, le peuple, très pauvre, a tout dévalisé, pillé et s'est approprié tous les objets précieux... juste retour des choses ! Les seuls vestiges de la splendeur passée sont ces magnifiques fresques peintres par les artistes du pays et ces plafonds de toute beauté, bien qu'un peu chargés !!

     

    - La musique : en république dominicaine, la musique,c 'est la danse !! avec le merengue qui domine et, depuis les années 90 également le bachata. L'accompagnement musical de ce diaporama est un bachata récupéré à la terrasse d'un café... il faut avoir participé aux karaokés improvisés dans la ville pour comprendre la joie de vivre que donne cette musique !!

     

    - La petite ville d'Igueï... ça s'écrit aussi Higuey... Mais j'ai remarqué qu'il existait plusieurs orthographes et plusieurs dénominations... c'est sans doute dû aux différents passages... car si la langue pratiquée est l'espagnol, il ne faut pas oublier que beaucoup de gens parlent anglais à cause de la proximité des Etats-Unis et Français par l'apport des colonisateurs français et la proximité d'Haïti qui partage l'île, ancienne colonie française. 

     
    Si vous avez d'autres questions, n'hésitez pas à me les poser... Lorsque j'ai quitté cette île merveilleuse, j'ai pleuré et je voulais y revenir dans les semaines qui ont suivi... malheureusement, il n'y avait pas de place pour moi à l'ambassade de France. Mais je regretterais toujours de ne pas y être retournée. J'ai beaucoup pensé à mes amis et au peuple dominicain lors des catastrophes et attentats qu'ils ont dû subir ces dernières années. J'espère qu'ils gardent leur gentillesse et leur sourire, malgré tout.
    Et si vous-même avez des éclaircissements ou des renseignements à m'apporter, je prends !!
     
     
    Si vous voulez en savoir plus sur l'histoire et les traditions de la république dominicaine, vous pouvez consulter ces sites :

     

    http://www.routard.com/guide/code_dest/republique_dominicaine.htm

     

    http://www.linternaute.com/voyage/republique-dominicaine/

     

    http://passionsvoyages.free.fr/Republiquedominicaine/saintdomingue.htm

     

    http://cristobal-colon.net/lieux/n_w/St_dom/ville1.htm

     

    Partager via Gmail Yahoo!

    9 commentaires
  • Musée d'Orsay 0066

    Photo argentique scannée prise en 1987.

    Partager via Gmail Yahoo!

    4 commentaires
  •  

    Partager via Gmail Yahoo!

    2 commentaires
  • Paris Beaubourg 0068

     

    Paris Beaubourg 0069

     

    Paris Beaubourg 0072

     

    Photos argentiques prises en 1987 sur le parvis de Beaubourg, à Paris.

    Partager via Gmail Yahoo!

    votre commentaire
  • Beaubourg foule 87

     

    Photo argentique prise en 1987 sur le parvis de Beaubourg, à Paris

     


    <script src="http://www.ebuzzing.com/player_blog/player.php?parametre=274631" type="text/javascript"> </script> Partage propulsé par Wikio <script src="http://widgets.wikio.fr/js/ext/ebmini?country=fr" charset="utf-8" type= "text/javascript"> </script>
    Partager via Gmail Yahoo!

    2 commentaires
  • Beaubourg Mime 87

     

    Beaubourg mime 1987

     

    Mime Paris 0067

    Photos argentiques prises en 1987 sur le parvis de Beaubourg, à Paris.

     


    <script src="http://www.ebuzzing.com/player_blog/player.php?parametre=274631" type="text/javascript"> </script> Partage propulsé par Wikio <script src="http://widgets.wikio.fr/js/ext/ebmini?country=fr" charset="utf-8" type= "text/javascript"> </script>
    Partager via Gmail Yahoo!

    3 commentaires
  • Paris Beaubourg 0071

     

    Photo argentique prise en 1987 sur le parvis de Beaubourg, à Paris

    Partager via Gmail Yahoo!

    votre commentaire
  • Beaubourg Portrait 87

    Photo argentique prise en 1987 sur le parvis de Beaubourg, à Paris

    Partager via Gmail Yahoo!

    votre commentaire
  • Beaubourg Capoera 87

     

    Photo argentique scannée

    Partager via Gmail Yahoo!

    2 commentaires
  • Beaubourg 0070

     

    Sur le parvis de Beaubourg en 1987 !!

    Photo argentique scannée.

    Partager via Gmail Yahoo!

    2 commentaires
  • Voyages 1833

    De gauche à droite : la Suède avec le petit cheval rouge rapporté de Stockholm, l'Ours de Berlin en Allemagne, le pâtre grec que j'ai rapporté de Nicosie à Chypre et la petite statuette d'Egypte représentant Bastet (mais là, j'ai triché car je ne suis jamais allée en Egypte, hélas !!)
    Partager via Gmail Yahoo!

    votre commentaire


    Suivre le flux RSS des articles de cette rubrique
    Suivre le flux RSS des commentaires de cette rubrique